Eboueur de code

Jusqu’à il y quelques temps, je pensais que les programmeurs informatique, aussi appelés “pisseurs de code”, avaient le travail le plus ingrat dans l’informatique.

Jusqu’au jour où j’ai découvert les “éboueurs de code”, vous savez !, ceux qui passent derrière ceux qui pissent, ceux là même qui maintiennent les codes source, de logiciels, hérités de 4 stagiaires successif, ou d’un chimiste reconverti à l’informatique. (Il y a aussi ces fameux script-kids, de “talentueux” webmasters, plus cuisiniers que programmeurs, capable de faire un plat de spaghetti avec des lignes de code).

Bref, lorsque le programmeur a finit de pisser son code pour diverses raisons (rupture de contrat, dépression, suicide…) vient l’éboueur, et là il découvre plein de pisse partout, dégueulasse, ça pue et c’est visible.

Passer une serpillière ? il rêve, en programmation, meme quand vous pissez à coté, ça “sert” à quelquechose, en fait l’objectif n’est pas pisser juste, mais de pisser jusqu’à satisfaction du client.

Donc le voila, face au desastre. Plusieurs solutions s’offrent à l’éboueur :

l’éboueur pond une liste “d’axes d’améliorations”, en espérant pouvoir passer cette serpillière, tirer la chasse (la réutilisabilitée est juste un concept…) et se mettre à son tour, à pisser, mais comme l’éboueur est tireur d’élite, il vise plus juste que le précédent. Bon courage, avec les meilleurs arguments du monde, il n’y arriverrera pas, car du point de vue client, il essayera de tirer de lui tirer des sous, en lui expliquant que ce qu’il aurra aprés sera, au plus, exactement pareil qu’avant, mais que les futurs évolutions seront surement moins cheres…., que le logiciel gagne en qualité, stabilité, évolutivité etc…

L’éboueur peut aussi essayer de suivre au mieux les belles traces [..] des prédécesseurs, c’est pas gratifiant, il n’aura pas montré ce que qu’il vaut vraiment, mais il se prendra moins la tête, et croyez le ou non, ça fonctionnera, et on se souviendra de lui comme un gars qui a fait le boulot qu’on lui demandait…

Jusqu’au jour où ça débordera ( dixit buffer overflow ).

A ce stade, il fera comme ses prédécesseurs: rupture de contrat, dépression, suicide…